L'affiche

 L'histoire
 A propos du film
 Zoom avant
 Photos - Trailers - Sites officiels
 Photos
 Critiques

STEAMBOY
(2004)

Steamboy (Steamboy), 2004, Katsuhiro Ôtomo, Japon. Couleurs.
Durée : 2h10 - 1h50 (Version US).
Réalisateurs : Katsuhiro Ôtomo.
Sociétés de production : Steamboy Committee, Studio 4°C.
Distributeurs : Sony Pictures Entertainment, Toho Film Distributing Co. Ltd., Columbia TriStar Films , TriStar Pictures.
Producteur : Shinji Komori, Hideyuki Tomioka, Shigeru Watanabe.
Scénario : Sadayuki Murai, Katsuhiro Ôtomo.
Montage : Takeshi Seyama.
Direction artistique : Shinji Kimura.
Musique : Steve Jablonsky.
Effets spéciaux (société) : Christov Effects and Design Inc., ESC Entertainment, Frantic Films, Matte World Digital, Meteor Studios, Pacific Title & Art Studio, Tippett Studio.
Interprètes (voix originales) : Kiyoshi Kodama (Robert Stephnson ), Manami Konishi (Scarlett), David S. Lee (Jason), Katsuo Nakamura (le grand-père de Ray)...
Dates de sortie : 22 Septembre 2004 (France).

L'histoire

n 1866, alors que l'Angleterre victorienne prépare son Exposition Universelle, le jeune Ray se voit confier par son grand-père une mission de la plus haute importance.

Il est chargé de remettre une invention révolutionnaire, une mystérieuse sphère de métal, à un autre scientifique nommé Stephenson. Cette sphère est en fait une " Steamball ", une source d'énergie phénoménale, clé du fonctionnement d'un mystérieux " château de vapeur ", la dernière et géniale création de Eddie , le père de Ray.

L'invention attire la convoitise de beaucoup de monde, dont la toute-puissance Fondation Ohara, prête à tout pour y mettre la main dessus. La lutte pour sa possession va entraîner Ray dans la plus dangereuse des aventures. Désormais le futur est entre ses mains : il devra lutter contre les forces du mal, sauver sa famille et Londres de la destruction.



 A propos

Steamboy est d'une maîtrise graphique irréprochable : un choix des couleurs souvent sépias judicieux, des détails dans les costumes et les décors somptueux confèrent au film une ambiance très intense qui permet de s'immerger illico en Angleterre vivant les prémices de l'ère industrielle. Les personnages sont eux moins réussis, souvent caricaturaux, peu charismatiques, empreints d'un manichéisme outrancier, noyés dans des courses effrénées qui peuvent laisser certains spectateurs sur le bord de la route. Pourtant, en tout état de cause, Otomo est passé maître dans sa virtuosité à filmer les engins, développements tentaculaires de cerveaux féconds mais monstrueux.

Les parallèles entre Steamboy et Akira sont flagrants : même constat d'échec de la maîtrise technologique, même négation et rancœur de la nature humaine décriée à coups d'affrontements incessants et vains dans la première longue heure du film. Dommage que l'histoire soit si simple (pas simpliste) et linéaire, le film en devient trop classique.

Loin d'être le chef d'œuvre annoncé, Steamboy reste un grand film d'aventures, un peu long, mais techniquement très réussi, porté par une histoire capable d'être seulement universellement comprise par tous les profils de spectateurs. L'inventivité a été mise de côté : difficile de retrouver une unité de ton et de liberté dans un film qui aura mis plus de huit ans pour aboutir. Plus d'émotions et de poésie auraient certainement donné plus de porté au message pessimiste et à l'intérêt porté aux personnages. On ne réussit pas à chaque fois un chef d'œuvre comme Akira !

Katsuhiro Ôtomo, réalisateur : "J'avais envie de me replonger dans le passé et de développer le thème de l'Angleterre du milieu du XIXème siècle à travers une aventure. Les mots "exposition universelle et machine à vapeur" évoquent à eux seuls tout un monde, et son devenus des repères dans l'histoire." Il confie que c'est "une époque qui m'a toujours fasciné. Je me suis appliqué à recréer la texture du XIXème dans les moindres détails (...)".
Zoom avant

 Steamboy : parcours d'un projet difficile

Steamboy a été un projet long et semé d'embûches : plusieurs studios d'animation sont intervenus pour le terminer. On peut citer, entre autres, Sunrise, Production IG, Studio 4°C, Studio Telecom ayant participé pour terminer à bien le film au début de l'année 2004. Steamboy en quelques chiffres, ce sont plus de 1850 plans, 180000 cellulos produits, 400 séquences infographiques pour un budget supérieur à 20 millions d'euros, c'est d'ailleurs le record du dessin-animé le plus cher jamais réalisé au Japon. Parmi les écueils survenus, on laisse entendre que Otomo aurait remanié le scénario afin d'en faire un film moins adulte, plus apte à être diffusé à un public plus large. Soucieux d'engranger le maximum de dividendes, le studio Bandaï et ces producteurs et espérant un succès équivalent à Princesse Mononoké, on choisit une sortie mondiale quasi- simultanée. Au total, Steamboy aura nécessité plus de huit ans de travail.

Avant de se lancer sur Steamboy, Katsuhiro Ôtomo avait réalisé Memories, un dessin animé constitué de plusieurs sections dont une intitulée Cannon Fodder (Chair à Cannon). Satisfait de l'univers créé dans ce volet, Ôtomo a voulu le développer. Contrairement à ses mangas habituels, il campe cette histoire dans l'Angleterre victorienne du début du XIX ème siècle. Une époque qui voit naître beaucoup de nouvelles inventions dont la machine à vapeur. Il veut réaliser un film d'animation ambitieux avec de multiples angles de prises de vues, sans créer un monde synthétique, comme Toy Story, mais en utilisant les techniques numériques.

En 1996, une bande démo de Steamboy, la séquence-prologue dessinée, est réalisée. Les premiers repérages ont lieu en Angleterre à Manchester, Londres et York. Le film bénéficie de toutes les recherches en matière de technologie numérique en mélangeant la 2D et la 3D grâce à ces techniques permettant de créer notamment les effets vapeur "réels". Mais en 1998, le studio 4°C, partie prenante du projet, quitte l'aventure, la production de Steamboy est interrompue. A partir de ce moment là, Shigeru Watanabe, producteur, s'intéresse au film : il contacte James Cameron et Dean Devlin, l'associé de Roland Emmerich à la recherche de nouveaux fonds auprès des sociétés Lightstorm et Centropolis Entertainment. Mais Cameron refuse d'intervenir dans un projet où d'emblée certains associés souhaitaient modifier la ligne scénaristique…

Finalement, Watanabe échaudé par diverses mésaventures sur le sol américain, rachète une partie des droits du futur film. Bandaï Visual, Sunrise et Production I.G., redevenus confiants, réinvestisse juste avant que Sony complète la donne. En 2000, la création de Steamboy débute pour de bon !

Aujourd'hui, Ôtomo a le projet de réaliser une suite à Steamboy intitulée Steamgirl, sans savoir si le film sortira en salles ou directement en vidéo. D'autres projets n'ont pas abouti comme celui d'une collaboration avec Alexandro Jodorowsky. Les studios américains sont intéréssés par les adaptations d' "Akira " et de " Dômu ". Ce dernier sera prochainement réalisé par Guillermo Del Toro ("Hellboy") mais avant de le tourner, il doit réaliser Hellboy 2 !


 200 ans de machines à vapeur

L'année 2004 marque le bicentenaire de l'invention de la locomotive à vapeur par l'Anglais Trevithick. Dans le film, de nombreuses machines à vapeur sont à l'honneur. D'authentiques machines à vapeur victoriennes comme celles de la filature de Ray ou des trains à vapeurs reviennent à la vie. Mais le film présente aussi de nombreuses inventions dont le monocycle de ray, les "soldats à vapeur" ou encore les "hommes volants à vapeur".

 Anecdotes

Otomo a été largement influencé par la littérature occidentale, notamment les livres de Jules Verne : "J'ai grandi en lisant ses romans. 20 000 lieues sous les mers est l'un de mes favoris. J'espère être parvenu à mettre en scène le type d'excitation universelle qui explosai à chaque page de ses romans."

Katsuhiro Otomo n'a jamais suivi la moindre école de cinéma. Il a beaucoup appris en regardant énormément de films lorsqu'il était enfant. Il a ensuite réalisé bon nombre de courts-métrages live amateurs avec des budgets dérisoires, la lecture des mangas est également un élément formateur du cinéaste qui s'inspire beaucoup du découpage trés cinématographique de ces bandes dessinées...



Plus de photos?

Photos - Sites officiels

Sites :
 Site officiel
Pour être immédiatement dans l'ambiance du film et retrouvez trois steamball dans le site et gagnez un max de cadeaux...
 Site officiel japonais

 Catsuka.com, une page consacrée au film :
Nombreuses photos des personnages, des décors, screenshots et extraits du film. Une mine d'infos sur Steamboy et l'univers créé par Ôtomo.

Trailers :
 Les trailers :
Trailer n°1 DivX5 (11 MO) ou Real Video 9 (1,3 MO)
Trailer n°2 DivX5 (11 MO) ou Real Video 9 (1,3 MO)



Votre critique, des informations complémentaires sur ce film, cliquez le lien E-Mail !
Vos commentaires seront publiés avec votre adresse si vous le désirez...

Merci d'avance !