L'histoire
 A propos du film
 Zoom avant
 Vos réactions
 Liens





YONGARY

Yongary (Yongary, monster from the Deep/Taekoesu Yonggary), 1967, Ki-duk Kim, Japon - Corée. Couleur. Son : Mono.
Durée: 1h20 (USA-France), 1h04 (Allemagne), 1h40 (Corée du Sud).
Autres titres : Great Monster Yongary, Great Monster Yongkari, Monster Yongkari, Yongary, Monster from the Deep, Yongkari, Monster of the Deep.
Sociétés de production : American-International Television (AIP-TV), Kuk Dong, Toei Co. Ltd.
Distributeurs : American International Pictures (AIP), Orion Home Video (Video), Sinister Cinema (VHS et DVD).
Réalisateur : Ki-duk Kim.
Scénario : Yun-sung Seo.
Directeur de la photo : In-jib Byeon.
Direction artistique : In-taek No.
Musique : Jeong-geun Jeon.
Effets spéciaux : Kenichi Nakagawa.
Interprètes : Yeong-il Oh, Jeong-im Nam, Sun-jae Lee, Moon Kang, Kwang Ho Lee...


L'histoire

u cours de sa lune de miel, un cosmonaute coréen est rappelé d'urgence par ses supérieurs. D'après certaines observations du centre spatial, il semblerait que la Chine ait pratiqué des essais nucléaires secrets. Or, la configuration du sous-sol de la péninsule coréenne est telle que les effets sismiques de l'explosion se sont, pour l'essentiel, fait ressentir en Corée.

Par précaution, les autorités ont envoyé une mission d'obesrvation dans la région située à la verticale de l'épicentre du tremblement de terre. Après plusieurs minutes de silence, la fusée d'observation revient avec le cosmonaute, gravement blessé, avec le film qu'il a réussi à tourner, les pires prémonitions semblent se réaliser.

Sous l'effet du tremblement de terre, un monstre préhistorique gigantesque est sorti de la torpeur où il était plongé depuis des milliers d'années... L'ancienne légende du Yongary, monstre mythologique vivant sous la terre et la faisant trembler, revient aux esprits de toute la population. Le monstre commence à s'attaquer à la ville la plus proche, crachant des flammes gigantesques et balayant la cité d'un rayon mortel issu de sa corne nasale( !). Après des tentatives désespérées de l'armée pour stopper sa progression, le reptile continue son entreprise de destruction.


En avant pour une bonne séance de piétinage!

Seul Icho, un enfant de huit ans, est parti étudier de plus près les attitudes du monstre qui a élu domicile non loin d'une raffinerie : il a observé à plusieurs reprises boire de l'essence dans les cuves… Il raconte tout au compagnon de sa soeur, un jeune scientifique qui à partir de ses observations créé une poudre destructrice. Envoyée par hélicoptère sur la créature, celle-ci l'inhale et s'écroule à jamais…

Le jeune Icho semble être le seul attristé de la disparition de la créature..
 A propos

Ce film visiblement inspiré des Godzilla, Gamera, Ultraman et consorts est un de ces films ovnis que le genre des kaiju eigas ou monstres mythologiques affectionne. Sa seule particularité est d'être une coproduction japonaise et sud-coréenne. Alors que certains considèrent le genre comme de la vulgaire série Z de science-fiction destinée à arrondir les fins de mois de studios peu scrupuleux, d'autres transcendent le genre et le hissent au sommet du 7ème art

A voir seulement au douzième degré, le film n'est ni pire ni meilleur que le Mothra contre Godzilla précédemment critiqué. N'attendez pas d'innovation et d'effets spéciaux numériques, les coréens se contentent de juxtaposition de plans, un procédé déjà utilisé dans les années 20 notamment pour Le Monde Perdu de Harry O.Hoyt, Willis O'Brien…

Zoom avant

 Yongari-Gamera même combat

Difficile de ne pas faire un parallèle entre Yongari et Gamera, un autre monstre sorti l'année précédente.
Les deux films nous montrent des monstres qui émergent du sol après une explosion nucléaire, qui mangent le feu et qui sont sensibles au rhume. Les deux films nous présentent également une amitié entre un enfant de huit ans et un monstre pourtant dévastateur (enfin qurtout de maquettes en cartons et papier mâché). Enfin, même cruel dilemme pour le gosse : savoir que son ami le plus cher doit forcément être tué si l'on ne veut pas la mort de milliers d'innocentes victimes…

 Anecdotes

Sur certains plans à "effets spéciaux", on aperçoit nettement dans la gueule de Yongary, une torche de lance-flammes aux reflets métalliques des plus élégants!

Quand Yongary détruit le dépot en brique, il est évident à la vue de quelques images que les briques sont en fait des boites de chaussures qui ont été peintes en gris : au lieu de s'écraser en miettes, les briques sont simplement écrasées ou pire tordues!

Le morceau d'anthologie reste la scène où le terrible Yongary utilise son rayon de la mort (issu de son nez) pour couper en deux une jeep qui tentait une manoeuvre autour de la créature : après avoir été littéralement scindée en deux, la jeep continue de rouler grace à une cinquième roue nettement visible!

Liens

 Le site non-officiel dédié à Yongary
Tous les films réalisés avec la splendide créature en caoutchouc sont ici présentés en anglais


Votre critique, des informations complémentaires sur ce film, cliquez le lien E-Mail !
Tous vos commentaires seront publiés...
Merci d'avance !
Réactions à l'article
Pas de réaction pour le moment... Réagir à cet article ?