L'affiche française

 L'histoire
 A propos du film
 Zoom avant
 Les acteurs
 Les photos
 Les critiques
 Autour de Red Planet

PLANETE ROUGE
(RED PLANET)

Planète Rouge (Red Planet), Antony Hoffman, Australie/Etats-Unis, 2000. Couleur par Technicolor. Son : DTS / Dolby Digital / SDDS .
Sociétés de production : Mars Production Pty. Ltd., NPV Entertainment, Village Roadshow Productions.
Distributeurs : Village Roadshow (Australie), Warner Bros.(France & US).
Réalisateur : Antony Hoffman.
Durée : 1h46.
Scénario : Chuck Pfarrer et Jonathan Lemkin d'après une histoire de Chuck Pfarrer.
Producteurs : Bruce Berman, Mark Canton, Jorge Saralegui.
Producteurs exécutifs : Charles J.D. Schlissel, Chuck Pfarrer, Andrew Mason.
Producteur associé : Stephen Jones.
Direction de la photo : Peter Suschitzky.
Montage : Robert K. Lambert, Dallas Puett.
Distribution des rôles : Lora Kennedy.
Direction artistique : Hugh Bateup, Catherine Mansill.
Décorateur de plateau : Brian Dusting.
Directeur de production : .
Création des décors : Owen Paterson.
Création des costumes : Kym Barrett.
Maquillage (effets spéciaux) : .
Assistant réalisateurs : Colin Fletcher (1er assistant), Graeme Burfoot (2°).
Son : Thom Brennan, Paul 'Salty' Brincat, Dane A. Davis. Effets spéciaux (sociétés) : · Cinesite Visual Effects, Digital Domain, Digital FilmWorks, Flash Film Works, OCS/Freeze Frame/Pixel Magic.
Musique : Graeme Revell.
Interprètes : Val Kilmer (Robby Gallagher), Tom Sizemore (Dr. Quinn Burchenal), Carrie-Anne Moss (Commandant Kate Bowman), Benjamin Bratt (Ted Santen), Simon Baker (Chip Pettengill), Terence Stamp (Dr. Bud Chantillas).







Robby Gallagher (Val Kilmer) va découvrir
une planète rouge pleine de surprises...
L'histoire

n 2050, la Terre se meurt, victime de la déforestation, de la pollution et de la surpopulation. Seule solution : coloniser une autre planète. Les grandes nations lancent alors le Projet Terraforma, implantent sur Mars des algues qui synthétiseront l'oxygène indispensable à la vie et installent divers habitats et centres d'essais. Le programme démarre à la satisfaction générale, mais quelques années après, le niveau de production d'oxygène chute brutalement.

La NASA envoie sur place un vaisseau Mars One, piloté par le commandant Kate Bowman. Celle-ci est entourée des plus grands spécialistes dans leurs domaines respectifs : l'ingénieur systèmes Gallagher, le directeur scientifique Burchenal, le navigateur Santen et deux chercheurs : le vétéran Bud Chantilas et le Dr. Pettengil.

Cette exploration sans difficulté apparente tourne rapidement au cauchemar, lorsque les équipements s'arrêtent de fonctionner. Bowman reste seule aux commandes du vaisseau, tandis que son équipage effectue un atterrissage de fortune sur la planète rouge en compagnie du robot AMEE (Autonomous Mapping Evaluation and Evasion).

Gallagher et ses compagnons ne disposent que de quelques heures pour localiser l'"habitat", où ils trouveront les réserves d'oxygène et de nourriture nécessaires à leur survie. L'urgence de la situation, la peur, la chaleur suffocante et le comportement de plus en plus agressif d'AMEE font rapidement monter la tension au sein du groupe.

La découverte de l'habitat, ravagé par une force inconnue, porte à son comble le désarroi. Deux des hommes meurent coup sur coup, et une nouvelle et terrifiante épreuve commence à la tombée de la nuit pour les trois derniers rescapés. La planète Mars est loin d'avoir livré tous ses secrets et n'a pas forcément envie d'être colonisée.

Kate Bowman essaie de prêter main forte à ses camarades. Mais des ordres envoyés depuis la Terre lui ordonnent de revenir au bercail avant d'y laisser sa peau. Elle doit alors décider entre suivre ces directives ou tenter l'impossible dans une mission suicide pour secourir ses collègues.







L'affiche américaine






Face à face









Alunissage ou Amarsissage?









Le commandant Bowman
Un hommage à 2001?
A propos du film...

Planète Rouge est pétri de bonnes intentions. Antony Hoffman a concocté une aventure spatiale pleine de rebondissements sur une trame véhiculant un message écolo-scientifique. Seulement les quelques 962 plans à effets spéciaux ne font pas forcément un excellent film...

Alors que le réalisateur s'est senti "fasciné par la dimension humaine du récit", comme il le déclarait dans une interview, c'est justement de ce côté-là que le film pêche le plus, soit par manque de temps (1h46, c'est court), soit par manque d'expérience. Les relations entre les protagonistes ne sont jamais totalement développées : le duo Carrie-Anne Moss/Val Kilmer reste très superficiel et le lien qui les a uni peu à peu, pendant les six mois de voyage, n'apparait que pendant deux minutes ou au pris de lourds flash-back. Idem pour la confrontation entre Benjamin Bratt (Ted Santen) et Simon Baker (Chip Pettengill), que l'on ne perçoit pas du tout, rendant la scène de l'affrontement sur Mars totalement artificielle et presque incompréhensible! Il semblerait que le montage du film final serait différent de la version réalisateur et bien que ce dernier s'explique peu sur le sujet, il déclare tout de même qu'à l'origine le film était "...structuré en flash-back. En commençant par la catastrophe puis on apprenait à connaître les personnages"

A contrario, l'histoire de cette terraformation de la planète Mars, puis d'une mission scientifique pour découvrir les possibilités d'une colonisation, nous tient en haleine de bout en bout. Hoffman étant particulièrement à l'aise dans les scènes d'action (l'arrivée sur Mars notamment), où la musique est omniprésente. Val Kilmer et Carrie-Anne Moss sont, indépendamments, trés convaicants, Tom Sizemore, en scientifique hégémonique, apporte un questionnement sur les rapports Dieu/science, et les limites des capacités de l'homme à façonner la nature et à se façonner lui-même (là aussi, on aurait souhaité de plus amples développements).

L'intérêt du film réside aussi dans des effets spéciaux, particulièrement réussis, signé Jeff A.Okun (Sphère, Stargate). Parmi les morceaux de bravoure du film, citons : l'arrivée sur Mars dans l'orage photonique, l'incendie du vaisseau, la tempète martienne, ainsi que le robot polymorphe AMEE. Un film non abouti, faute de développement conséquents dans les relations entre les personnages, l'émotion n'est pas complètement au rendez-vous.
Red Planet reste pourtant un film d'action réussi, Hoffman a concocté un Mars Movies décoiffant, porté par Val Kilmer et Carrie-Anne Moss.

Une conjoncture martienne

ed Planet est né en 1998. Année faste pour la NASA en manque de budget : des scientifiques découvraient la possibilité d'une infime parcelle de vie extra-terrestre possible sur la planète Mars! De quoi relancer l'intérêt perdu d'une nouvelle conquête spatiale, cette fois vers la planète rouge.

Les producteurs hollywoodiens sentant venir le vent (-martien-) de l'engouement du public, se lancèrent à la recherche de scripts susceptibles de créer un blockbuster potentiel. Dans cette course frénétique digne de la conquête spatiale (la vraie), plusieurs majors américaines sortirent des films de leur chapeau. Disney produisit Mission To Mars, une version mystique et sage, labelisée NASA, sous la direction de Brian De Palma.
La Fox se lance également dans un projet, avec James Cameron lui-même! Ce dernier, un peu mégalo, s'avoue trés intéréssé mais soumet une condition incontournable : tourner réellement dans l'espace! La Fox jette l'éponge. Dommage!

La Columbia arrache la collaboration de John Carpenter qui nous proposera une version moins sirupeuse avec Ghosts of Mars, au tournage apparemment difficile. La Warner, déçide elle aussi d'être dans la course, mais avec quel projet? Mark Canton lit alors un script de Chuck Pfarrer (Virus, Barb Wire...) intitulé Alone. L'histoire raconte la première expédition vers Mars. Notre vieille planète baigne dans une pollution quasi quotidienne et l'expédition martienne a pour mission l'étude des possibilité d'implantation terrienne, en vue d'établir une colonie.

Un film pour une planète

Le voyage n'est bien sur pas de tout repos et à l'arrivée, l'équipage subit un orage électromangétique qui oblige à un atterissage en catastrophe... La suite c'est l'histoire racontée plus haut! Le scénario établi dans ses grandes lignes, il ne reste plus que les acteurs, le réalisateur ainsi que toute l'équipe technique! Meg Ryan, Ralph Fiennes et Ben Affleck (Mystery Men) sont contactés, mais aucun ne sera sur le générique final.

Pour l'interprète féminine, les producteurs ont les yeux rivés sur une autre production de Village Roadshaw : The Matrix, où Carrie-Anne Moss excellait en saut de patées de maison. C'est elle qui endossera finalement l'uniforme spatial de Red Planet! Elle fera face à Val Kilmer, au tempérament réputé difficile sur les tournages. Les deux héros seront entourés du vétérant Terence Stamp (Bowfinger, roi d'Hollywood), et de Tom Sizemore (Il faut sauver le soldat Ryan). Pour la réalisation, les producteurs, souhaitant conserver la main mise sur le film, engagent en la personne de Antony Hoffman, un réalisateur débutant sud-africain susceptible de ne pas s'affirmer complètement pendant le tournage. Ce dernier a pourtant une solide réputation publicitaire pour avoir finalisé quelques campagnes de Nike. Il se révèlera tout à fait capable de gérer les 900 plans d'effets spéciaux d'autant qu'il est entouré par une équipe technique de référence. Les décors sont confiés à Owen Paterson, ayant déjà oeuvré sur Matrix, tout comme Dane Davis (effets son) et Kym Barrett pour les costumes. La photo du film est l'oeuvre dePeter Suschitzky, l'un des meilleurs du moment, son travail sur L'Empire contre-Attaque, Mars Attacks!, ainsi que plusieurs films de Cronenberg ou Boorman, lui ont donné un aura toute particulière.

Les projets Mission To Mars et Alone sont menés de front mais rapidement, le film de de Palma va sortir vainqueur (de la course). Tom Sizemore déclare "On nous a annonçé un jour que la course était finie...les gens de la Warner on alors déçidé de prendre leur temps, peu importe les délais disaient-ils, l'essentiel est d'aller au bout du projet."




Une AMEE qui vous veut du bien
Zoom avant

Un film sponsorisé...

Bon, pour éviter de chercher les petits détails, sachez une fois pour toute que le film est sponsorisé par deux grandes marques : Toshiba et Nokia. C'est marqué en gros sur l'uniforme de chaque membre de l'équipage, mais cela reste discret!

... mais pas par la NASA!

Les derniers films montrant des projets spatiaux ont eu le plus souvent l'aval de la sacro-sainte NASA : Apollo13, Armageddon, Space Cowboys. Red Planet ne reçut pas le label NASA Space Act Agreement escompté par les producteurs.

Les grands pontes de l'agence spatiale américaine n'ont pas du tout apprécié, à la lecture du scénario, l'affrontement de deux astronautes. Qu'à cela ne tienne, les producteurs ont déçidé de se passser du label, sans réécrire le scénario : une bonne attitude qui change du politiquement correct.


Tom Sizemore




Carrie-Anne Moss












Les acteurs

Tom Sizemore (A tombeau ouvert) sera prochainement dans un film de la firme Disney : Big Trouble (La Grosse Galère) réalisée par Barry Sonnenfeld (Men In Black, Wild Wild West). Cette comédie a été filmée cet été à Miami, après que Tom Sizemore eut terminé le Pearl Harbor de Michael Bay et Jerry Bruckheimer.

Carrie-Anne Moss est native de Vancouver (21 Août 1970). Sa reconnaissance est venue avec un film S-F : Matrix, œuvre des frères Warchovski mondialement reconnue par le public. Carrie-Anne Moss pensait faire une carrière de mannequin avant son arrivée en Espagne à vingt ans à peine.
Elle joue alors un petit rôle dans la série Dark Justice dont la première saison est tournée dans la péninsule ibérique. Elle revient régulièrement dans la série puis suit l'équipe de production à Los Angeles, où la série est réalisée par la suite.
Ensuite, on voit Carrie-Anne Moss dans de nombreuses séries US :"Alerte à Malibu, La loi de Los Angeles", "Models Inc.", "F/X effets spéciaux "…

Elle débutera au cinéma en 1993 dans Flashfire, un film d'Elliot Silverstein où elle a pour partenaire Billy Zane avant d'enchaîner de joyeuses séries B, voire Z, comme The Soft Kill, Terrified, ou Sabotage (qui en était vraiment un)! Matrix, le film la remettra sur la route du succès.

ILMOGRAPHIE


Flashfire, Silverstein, 1993
The Soft Kill, Cohen, 1994
Terrified, Merendino, 1995
Sabotage, Tibor Takacs, 1996
Lethal Tender, Bradshaw, 1997
Matrix (The Matrix), A. & L. Wachowski, 1998.
Planète Rouge (Red Planet), Anthony Hoffman, 2000


Très tôt, Val Kilmer s'est orienté vers le métier de comédien. Né le 31 décembre 1959 à Los Angeles, Val Kilmer s'oriente vers les études où il s'initie aux métiers du cinéma. A 17 ans, il intègre la section d'art dramatique de l'Ecole Juilliard de New York. Il va ensuite faire ses débuts théatraux dans " Henry IV " au Tyrone Guthrie Theater puis prend la direction de Broadway pour se produire dans " Slab Boys " aux côtés de Kevin Bacon et Sean Penn.

Il fait ensuite ses débuts cinématographiques, dans la célèbre comédie qui le lancera définitivement : Top Secret, des frères ZAZ. Il y interprète Nick Rivers, rock-star montante maladroite empêtrée dans une parodie de film d'espionnage. C'est le succès. Succès réitéré deux ans plus tard avec Top Gun accompagné d'un jeune premier : Tom Cruise.
Il enchaîne ensuite les rôles : il interprète Jim Morrission, le chanteur des Doors dans le film d'Oliver Stone en 1991. L'acteur a plus d'une corde à son arc : il a interprété lui-même et en direct toutes les chansons du film, il compose des musiques (Williams Brothers), il a écrit un recueil de poèmes, "My Eden After Burns", et a co-signé une pièce de théâtre, "How It All Began".

Dernièrement ces derniers rôles n'ont pas été auréolé du succès escompté : accueil mitigé pour L'ile du Dr.Moreau, version Frankenheimer, inconsistant dans l'adaptation ratée du Saint, Chasseur de fauves dans L'ombre et la proie, version safari des dents de la Mer, devenu Moïse (par la voix) pour la version originale du prince d'Egypte, il retrouve aujourd'hui la science-fiction avec Planète Rouge.

ILMOGRAPHIE


Top Secret! (id.), Abrahams, D. & J. Zucker, 1984
Profession : génie (Real Genius), Coolidge, 1985
Top Gun (id.), Tony Scott, 1986
Willow (id.), Ron Howard, 1988
Kill Me Again (id.), Dahl, 1989
Les Doors (The Doors), Oliver Stone, 1991
Cœur de tonnerre (Thunderheart), Michael Apted, 1992
True Romance (id.), Tony Scott, 1993
Tombstone (id.), George Pan Cosmatos, 1993
L'affaire Karen McCoy (The Real McCoy), Russel Mulcahy, 1993
Les ailes du courage (Wings of Courage), Annaud, 1995
Heat (id.), Mann, 1995
Dead Girl, Coleman, 1995
Batman Forever (id.), Schumacher, 1995
L'île du Docteur Moreau (The Island of Dr. Moreau), John Frankenheimer, 1996
L'ombre et la proie (The Ghost and the Darkness), Hopkins, 1996
Le Saint (The Saint), Philip Noyce, 1997
Premier regard (At First Sight), Winkler, 1998
Joe the King, Whaley, 1999
Planète Rouge (Red Planet), Anthony Hoffman, 2000




Planète rouge
Autour de Planète Rouge

 Le site officiel :http://www.redplanetmovie.com/ avec trailers, photos, le tout en flash (beau mais long...)

 La bande-annonce de Red planet (Pré-bande annonce en QuickTime - 9,7Mo)

 Le site de Tom Sizemore : http://www.dhc.net/~ike/tsframe.html

 La site dédié à Val Kilmer http://www.vkn.com/

 Les screensavers du film : 1 et 2


Votre critique, des informations complémentaires sur ce film, cliquez le lien E-Mail !
Vos commentaires seront publiés avec votre adresse si vous le désirez...


Merci d'avance !

Mise à jour : 04/05/2006